Saviez-vous qu'il y a 62 000 surverses d'eaux usées au Québec par année?

Swipe to the left
Saviez-vous qu'il y a 62 000 surverses d'eaux usées au Québec par année?
Il y a 5 mois 132 Vues No comments

Qu’est-ce qu’une surverse d’eaux usées?

Quand on prend sa douche ou qu’on fait la vaisselle dans l’évier, l’eau s’écoule dans nos canalisations pour arriver dans le réseau d’égouts. L’eau qui arrive dans les égouts poursuit ensuite son chemin vers une structure de régulation, puis vers une station d’épuration, afin d’être traitée. Malheureusement, il n’est pas toujours possible de traiter l’ensemble du volume d’eau écoulé. C’est pourquoi il existe des structures de dérivation permettant à un surplus d’eau de s’écouler dans un cours d’eau.

Cet ouvrage de surverse est composé d'une chambre souterraine, qui permet aux eaux usées de s'écouler vers deux directions différentes : le réseau d'égout principal en temps normal, et le cours d'eau récepteur en cas de surplus. Cela arrive notamment quand il y a eu des pluies abondantes ou la fonte d’un gros volume de neige, mais aussi quand il est nécessaire de faire des travaux souterrains.

À Montréal, ces cours d’eau récepteurs sont le fleuve Saint-Laurent et la rivière des Prairies. C’est là que finit l’eau usée en cas de surverse.

 

Quelles sont les conséquences des surverses ?

Que se passe-t-il si les stations d’épuration reçoivent trop d’eaux usées et ne sont pas capables de tout traiter ? Le surplus est reversé, sans être filtré ni traité, dans les fleuves récepteurs... Ce sont donc des centaines de déchets et de produits chimiques qui viennent polluer les cours d’eau. Nos matières fécales, nos eaux savonneuses, notre liquide vaisselle et nos médicaments se mêlent aux déchets et aux hydrocarbures que les eaux de pluie font ruisseler des routes.

À chaque surverse d’eaux usées, la pollution des cours d’eau augmente. On ne connaît pas encore l’impact de ces surverses sur l’écosystème, mais on peut supposer qu’elles ont de terribles conséquences sur la vie aquatique et les sols.

 

Le Québec, champion en surverses?

Il est difficile de savoir exactement combien de surverses d’eaux usées ont lieu chaque année au Québec. Auparavant, les municipalités ne devaient mesurer les débordements qu’une fois par semaine. Aujourd’hui, ils doivent le faire quotidiennement.

De 2009 à 2013, les statistiques du ministère des Affaires municipales ont recensé en moyenne 47 000 événements de surverse par année. Et selon Le Devoir, qui a obtenu des renseignements auprès du ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, il y a eu 62 057 débordements en 2017. En comparaison, la commissaire à l’environnement de l’Ontario, Dianne Saxe, avait noté 1327 déversements dans sa province pour 2017-2018.

Comment expliquer la hausse des surverses au Québec ? Il faut d’abord noter que 83 municipalités québécoises n’ont toujours pas de système de traitement des eaux usées, même si le Règlement sur les ouvrages municipaux d’assainissement des eaux usées les obligera à s’équiper de stations d’épuration d’ici 2020. On peut aussi pointer du doigt le changement climatique, avec ses averses et ses fortes chutes de neige.

Mais il faut aussi souligner que les Québécois sont les champions du gaspillage d’eau. En moyenne, un Québécois utiliserait près de 400 litres d’eau par jour, tout au long de l’année. C’est 70% de plus qu’en Ontario ! Plus nous consommons d’eau, et plus nous remplissons les stations d’épuration, au risque de les saturer. En réduisant leur consommation d’eau, les Québécois permettraient aux stations de traitement d’absorber les surplus d’eau au lieu de les déverser dans les cours d’eau.

 

Comment réduire sa consommation d’eau?

Il est pourtant facile de réduire sa consommation d’eau, et donc, d’envoyer moins d’eaux usées vers les systèmes d’égouts. En plus d’être bon pour la planète et pour les cours d’eau, utiliser moins d’eau peut vous permettre d’économiser de l’argent !

Commencez par être plus conscient de l’eau que vous utilisez : ne laissez pas l’eau couler quand vous vous lavez les dents, récupérez l’eau de pluie pour arroser vos plantes ou votre gazon, et prenez des douches plus courtes. D’ailleurs, réduire sa consommation d’eau chaude vous permettra de réduire votre facture d’électricité !

Pour faire baisser votre facture, vous pouvez investir dans de simples accessoires, comme des pommes de douche au débit réduit. Cet investissement initial sera rapidement amorti. En effet, une pomme de douche avec un débit de 5,7 litres par minute permet d’économiser près de 10 000 litres d’eau par année, en prenant des douches de 8 minutes. Vous pouvez aussi utiliser les programmes à l’eau froide de votre machine à laver.

Finalement, réduire les surverses d’eaux usées au Québec ne sera pas chose facile, surtout à cause des aléas climatiques. Mais chacun peut commencer à faire de petits gestes, aussi bons pour la planète que pour le porte-monnaie ! Des douches moins longues, c’est moins d’eau déversée dans les cours d’eau. Pensez-y !

 

Publié dans : Proctection environnement